fbpx

Pourquoi Yahoo avait stoppé toute expérimentation de télétravail (et pourquoi c’était une connerie)

Lorsque Marissa Mayer, une ancienne de Google, a repris les rennes du vaisseau Yahoo, elle a lancé toute une série d’actions, certaines pertinentes, d’autres beaucoup moins, pour restructurer à son idée la firme historique du web.

Une de ses premières actions a été d’auditer les « remote », ces salariés qui travaillaient de chez eux, à temps plein ou à temps partiel. Bref, en bon français des « télétravailleurs ».

Et elle s’est rendu compte que ces salariés là interagissaient beaucoup moins avec leurs collègues pendant ces périodes à distance. Les échanges mail ou messagerie instantanée étaient bien moins nombreux, et on prenait le risque de laisser ces acteurs là dans l’isolement. L’analyse était claire : ces gens là travaillaient moins, et étaient bien moins efficace, puisque les chiffres montraient de manière limpide qu’ils intervenaient moins.

La sanction fût immédiate : ordre a été donné de rapatrier ces troupes bien peu actives à la maison mère, pour qu’ils puissent réintégrer les équipes.

Cette action est l’exemple parfait d’une erreur d’interprétation grave, et aussi l’illustration que la mesure étalon du travail en entreprise devient de moins en moins le travail accompli, mais plutôt le nombre des contributions dans les échanges entre collaborateurs. Quelqu’un qui envoie peu de mails devient suspect. Quelqu’un qui participe à peu de réunions encore plus.

Qui n’a pas connu ça : le meilleur moyen, dans une entreprise, de calmer une frustration ou une culpabilité de type « il faut agir » reste encore d’envoyer un mail, ou, encore mieux, d’amorcer une réunion.

Le vrai secret du télétravail, c’est qu’il permet de se concentrer sur ce qui devrait être la vraie valeur ajoutée d’un collaborateur d’entreprise : ce sur quoi il est capable de se concentrer, d’exécuter par lui-même. Quelque chose qui vienne de lui, et pas d’un échange.

Je ne dis certainement pas là que l’échange est inutile, ou que le travail collaboratif n’apporte rien. Mais force est de constater que la force centrifuge d’une entreprise va vers un fonctionnement où parvenir à se concentrer, se fixer un focus sur une tâche, exécuter quelque chose d’un point A à un point B, devient de plus en plus une activité que l’on doit presque exécuter « malgré » l’entreprise, quasiment de manière clandestine, en venant plus tôt le matin, en créant des rendez-vous bidon sur son emploi du temps pour se préserver du temps, ou… en travaillant de chez soi.

Bien sûr que le télétravail amène quelques complications sur les interactions entre collaborateurs, et qu’il n’est pas toujours facile de maintenir un lien fort entre des troupes dispersées géographiquement – même si de plus en plus d’outils et de méthodes permettent de faire ça efficacement. Mais permettre à un salarié de pouvoir se concentrer sur les tâches qu’il a à accomplir, lui donner la possibilité de travailler confortablement pour exécuter quelque chose sans être sans cesse interrompu, doit être considéré comme une des grandes vertus du télétravail, et pas comme l’a fait Marissa Meyer comme un signe de manque de productivité ou d’inclusion dans l’entreprise.

Bonnes pratiques de visioconférence

Je constate fréquemment que, malgré une technique maintenant au point, la plupart des utilisateurs de visioconférence n’en font pas vraiment un usage optimum.

J’ai fait un petit podcast sur le sujet, que voici

En complément, voici quelques conseils que je peux donner, après avoir expérimenté plein d’usages différents, et en utilisant au quotidien ce magnifique outil :

  • Pas besoin d’équipement haut de gamme pour réussir une visioconférence ! N’importe quel téléphone un peu récent suffit. J’utilise pour ma part un iPhone 6S, et qui ne m’a jamais fait défaut
  • Utiliser de préférence un téléphone, ou une tablette : les versions “app mobile” des outils de visio sont souvent bien plus matures que leur équivalent Desktop. De plus, l’intégration audio/vidéo est souvent bien meilleure sur un téléphone (il ne faut pas oublier en outre qu’un iPhone récent est plus puissant que la plupart des ordinateurs portables…)
  • Si vous avez besoin de faire un conférence à plusieurs, il est parfois plus simple de s’installer chacun derrière son ordinateur plutôt que d’avoir une “salle de visioconférence” dans laquelle s’entassent une partie des participants. Ainsi, tout le monde est sur un pied d’égalité, et il n’y pas de différence de traitement entre les présents sur place et ceux à distance !
  • Si vous tenez à vous réunir dans une salle, peu importe l’équipement, en revanche il est important d’avoir un micro omnidirectionnel pour que chacun puisse être audible
  • Plus généralement, le son est l’élément primordial d’une visioconf réussie. La vidéo peut être perfectible, mais un son trop grésillant ou instable va vous agacer très rapidement. Si vous le pouvez, utilisez un micro-casque
  • La visioconf s’accomode peu d’un fonctionnement où tout le monde parle à la fois. Il va falloir se discipliner, ne pas trop couper la parole, mais c’est finalement pour le meilleur ! Si vous avez du mal, je conseille d’avoir un “maître de cérémonie” qui passera la parole, et qui devra s’assurer que chacun a l’occasion de s’exprimer. Et lever la main pour demander à prendre la parole n’est pas réservé à une salle d’école primaire !
  • N’hésitez pas à vous connecter plusieurs fois. Par exemple, il m’arrive d’être connecté trois fois sur une visio, avec mon téléphone pour être filmé, ma tablette pour pouvoir dessiner sur le tableau blanc, et mon ordinateur pour partager l’écran et faire des démonstrations
  • Pour “casser la glace”, et vous habituer à cet environnement, n’hésitez pas à faire des visioconf sans enjeu. Par exemple, il m’arrive de faire des visios un mug à la main pour faire une pause café entre collègues, et parler de tout et rien, dire du mal des gens, se raconter les potins, bref rendre la visio (presque) aussi conviviale qu’une machine à café !
  • Si je n’avais qu’un seul conseil à donner, c’est celui ci : il faut absolument désacraliser la visioconférence. En ayant suffisamment confiance en la technique, et en ne faisant pas de la communication avec la personne à distance un moment clé, mais au contraire une expérience aussi banale que ce qu’est devenu un coup de téléphone à un interlocuteur

Le jour où vous commencerez une visioconf sans dire “allooooo tu m’entends ????”, ça voudra dire que vous avez suffisamment confiance en votre outil, et donc que votre pratique est en bonne voie !