Qu’attendre de la nouvelle Apple Watch ?

Avec la publication il y a quelques jours d’une première photo soit-disant officielle de l’Apple Watch, on a maintenant confirmation d’une bonne partie des rumeurs entendues ces derniers mois. A quelques jours de la traditionnelle keynote de rentrée, c’est l’occasion de faire le point sur cette future quatrième génération d’Apple Watch.


Les nouveautés prévisibles

L’évolution la plus visible a été leakée par le scoop de 5to9mac : comme on le pressentait depuis déjà pas mal de temps, l’écran de la nouvelle Apple Watch sera sensiblement plus grand : à l’instar de l’iPhone X (et du futur iPad Pro ?), une meilleure maitrise de l’intégration de l’écran va permettre de rogner sur les bords, et d’obtenir un affichage plus volumineux tout en gardant un boitier de taille inchangée. C’est donc un bénéfice net pour l’utilisateur, d’autant plus que les applications actuelles de l’Apple Watch se sentent tout de même un peu à l’étroit dans l’écran d’1,5 pouces de la version 42mm. Apple devrait en profiter pour élargir la résolution (actuellement de 312 par 390 pixels), comme semble le montrer ce nouveau cadran qui bénéficie maintenant de 8 complications, nom donné par Apple aux petits widgets que l’on peut insérer sur le cadran de la montre. L’écran, déjà OLED depuis les débuts de l’Apple Watch, ne devrait en dehors de sa taille pas changer de technologie, d’autant plus que sa luminosité avait déjà nettement progressé sur les dernières générations. Les applications existantes, déjà conçues pour gérer deux tailles d’écran, devraient s’accommoder aisément de ces nouveaux écrans.

Le microprocesseur S3 devrait avoir son successeur cette année, même si la puissance des Watch séries 3 est déjà suffisante pour une bonne partie des applications actuellement disponibles sur la montre. 

On peut en revanche avoir quelques inquiétudes sur l’autonomie de la montre : la seule photo à disposition montre un boitier qui est peut-être plus fin, au pire identique, mais qui ne permettra probablement pas d’insérer une batterie plus volumineuse, la place à l’intérieur de l’Apple Watch actuelle étant déjà comptée.

Point important, et bonne nouvelle pour tous ceux qui ont lourdement investi dans des bracelets : le format de ces derniers semble inchangé. La présence d’une puce 4G est bien entendue également toujours d’actualité, avec un petit liseré rouge sur la molette de la montre qui est d’une sobriété appréciable après le gros point rouge des Watch 3.

Dernier détail technique : un trou supplémentaire semble laisser deviner un micro supplémentaire, qui sera bienvenu avec la nouvelle fonction talkie-walkie de watchOS 5 !

Les points d’interrogation

Le nuancier des produits Apple est toujours un sujet particulièrement subtil. On peut imaginer que la version « or » adoptera la nuance plus cuivrée que l’on a pu apercevoir sur la première photo de l’iPhone XS. 

Reste à savoir si cette nouvelle montre inaugurera une nouvelle matière, après l’aluminium et l’acier des premières générations, et la céramique apparue plus récemment. On se souvient par exemple qu’Apple avait investi il y a quelques temps dans le liquid metal, dont la seule application est jusqu’à maintenant le petit outil d’extraction de la carte SIM de l’iPhone. Mais une telle évolution semble hypothétique pour cette génération à venir.

Un des mystères restant à lever concerne la présence éventuelle de nouveaux capteurs : le nouveau cadran qui a filtré montre clairement une complication mentionnant les UV. On peut imaginer qu’un capteur serait dédié à cet usage, pour prévenir le propriétaire de la montre de risques excessifs liés à une surexposition au soleil. Mais cette donnée peut tout aussi bien venir d’une information récupérée en ligne, comme le fait l’app Météo actuelle de l’iPhone, qui donne déjà des indications de type UV. 

Quoiqu’il en soit, on connait les ambitions d’Apple dans le secteur de la santé, et ces projets devront forcément se concrétiser un jour ou l’autre par des évolutions sur les capteurs de l’Apple Watch, qui n’ont jamais évolué depuis le lancement de la montre en 2015. On pense en particulier aux projets autour des usages et besoins des diabétiques, qui découvrent depuis peu les joies des capteurs de glycémie sans avoir besoin de se piquer systématiquement. Ces applications, forcément destinées à un public restreint, pourrait toutefois amener un usage, et prouver une utilité, qui marqueraient les esprits.

Enfin, les rumeurs lancées cette année évoquaient un side button non plus physique, mais à base d’un mécanisme force touch similaire au bouton des iPhone 7 et 8. Peut-être un moyen pour Apple de gagner quelques précieux millimètres au sein du boîtier, tout en améliorant l’étanchéité et en limitant les pièces mécaniques, et les pannes qui vont avec.

Que faire de cette nouvelle montre ?

On le sait, la montre d’Apple, après des débuts délicats, est aujourd’hui un succès. Tout le monde s’est habitué à son look rectangulaire qui a surpris au début, et l’image de « gadget inutile » des débuts a su être estompée par Apple qui est passé d’une image très généraliste de sa montre à des « use cases » bien plus précis mais qui ont mieux parlé aux utilisateurs : un outil pour sportifs, pour nageurs, et de bien être.

Pourtant, on sent que le vrai potentiel de la montre reste encore à découvrir : les éditeurs se sont malheureusement découragés, perdus entre les évolutions d’un watchOS qui se cherche encore en terme de fonctionnalité mais aussi d’architecture technique, et après des premières tentatives d’applications qui se sont soldées par autant d’échec : applications mal conçues, premières versions de la montre peu convaincantes. Il va maintenant qu’Apple trouve la bonne formule pour faire revenir les développeurs, et ainsi donner une nouvelle dimension à la montre. watchOS 5 ne semble pas apporter de grande révolution, et c’est bien dommage.

Car on sent que la montre est maintenant suffisamment mature pour servir de socle a des ambitions plus grandes : avec une puissance de calcul suffisante, une indépendance vis-à-vis de l’iPhone via sa connexion 4G autonome, et maintenant un écran plus volumineux, il est temps que l’Apple Watch nous surprenne, et dépasse son image actuelle de « bracelet fitness de luxe ». D’autant plus qu’une Watch, avec une paire d’AirPods, pourrait tout à fait servir de base à une expérience inédite qui correspondrait au souhait de certains de se libérer de la dépendance au smartphone, en réduisant les interactions, tout en ayant sur soi en permanence les données dont on a besoin. Le wearable computing n’en est encore qu’à ses débuts !

Astuces de clavier sur l’iPad

Dans un précédent article, je tentais de lister ce qui me manquait sur l’iPad qui m’accompagne au quotidien. J’en profitais pour mentionner qu’il m’était impossible de déconnecter à distance un clavier bluetooth. J’ai depuis découvert que c’était en fait tout à fait possible, et bien d’autres choses aussi… L’occasion pour moi de revenir sur quelques unes de ces petites astuces méconnues.


Le clavier affiché à l’écran de l’iPad est bien pratique, mais parfois encombrant. On se retrouve souvent avec la zone de saisie complètement masquée, comme ici sur Facebook :

Il est en fait tout à fait possible de positionner son clavier autrement. Pour cela, il faut maintenir le doigt appuyé sur la “touche” située tout en bas à droite du clavier. Un menu s’affiche, proposant deux possibilités :

  • Détacher, qui va permettre d’afficher le clavier non pas en bas de l’écran, mais en plein milieu. Cela peut paraître bizarre, mais c’est un mode parfois bien pratique pour afficher à la fois le clavier et la zone de saisie

  • Dissocier, qui est un mode présent depuis les toutes premières versions de l’iPad, mais aujourd’hui largement oublié : dans ce mode, le clavier est découpé en deux parties, chacune à un bout de l’écran. Diablement pratique pour pouvoir taper au clavier tout en tenant fermement la tablette avec les deux mains. Mais aussi super efficace pour ne plus camoufler l’écran sous le clavier !

Enfin, si comme moi vous jonglez entre clavier physique relié en Bluetooth et clavier virtuel à l’écran, vous vous êtes sans doute heurté à ce blocage : on part avec la tablette sous le bras, mais pas suffisamment loin pour stopper la liaison Bluetooth. Dans cette situation, vous ne pourrez du coup plus rien taper au clavier, puisque l’écran virtuel ne s’affiche pas à l’écran, et que votre clavier physique est éloigné. Je n’avais jusqu’à présent pas trouvé d’autres moyens que de désactiver la couche Bluetooth pour retrouver mon cher clavier.

Sauf qu’en fait Apple a prévu le coup. Il suffit en effet d’appuyer à l’extrême droite de la “barre” qui s’affiche avec un clavier Bluetooth. Et, en une seconde, magie, on fait réapparaitre le clavier virtuel !

Avec un nouvel appui tout en bas à droite, on fait à nouveau disparaitre le clavier virtuel pour retrouver le plein écran… et son clavier Bluetooth.

Décidément, même avec un usage au quotidien, on découvre des astuces tous les jours sur cet iOS qui est diablement affuté pour les moindres besoins de l’utilisateur. Et vous, quelles sont vos astuces ?