Trois trucs qui me manquent sur l’iPad

J’en avais déjà parlé dans une vidéo, j’utilise de manière assez intensive mon iPad, depuis iOS10 et l’iPad Pro qui ont pas mal changé la donne dans ce petit marché assez incertain de la tablette.

Trois petits détails, qui apparemment ne feront pas partie des évolutions d’iOS 12, me manquent souvent, même s’il ne s’agit que de petits détails qui seraient faciles à  résoudre :

  • J’utilise un clavier bluetooth. Pas de souci, cela fonctionne bien. En revanche, si j’éloigne ma tablette du clavier, mais en restant suffisamment proche pour que la liaison reste active, il n’existe aucune possibilité de “déconnecter” le clavier physique et basculer sur le clavier virtuel. En fait, c’est possible, mais uniquement sur le clavier physique, en appuyant sur la touche “Eject” qui existe encore sur les claviers sans fil Apple. Mais c’est un peu idiot d’être obligé d’utiliser le clavier physique pour ne plus utiliser le clavier physique !
  • Certaines applications (Instagram en tête) n’existent pas en déclinaison iPad. Pas grave, puisqu’un “émulateur” d’iPhone existe depuis les premières versions de l’iPad. En revanche, cet émulateur a la fâcheuse particularité de ne fonctionner qu’en mode “portrait”, alors qu’on utilise souvent son iPad en mode paysage, surtout s’il est doté comme le mien d’une “smart cover” qui permet de maintenir l’iPad ouvert en mode paysage.
  • Dernier détail qui me manque souvent, mais là ce n’est pas la faute d’Apple : lire une vidéo YouTube ne fonctionne plus dès lors qu’on sort de l’application. C’est très agaçant, d’autant plus que certaines applications tierces (aujourd’hui interdites) le permettaient. Mais on sait maintenant le comment du pourquoi : c’est devenu une option payante chez Youtube…

Et vous, qu’est ce qui vous manque si votre iPad ?

Bonnes pratiques de visioconférence

Je constate fréquemment que, malgré une technique maintenant au point, la plupart des utilisateurs de visioconférence n’en font pas vraiment un usage optimum.

J’ai fait une petite vidéo sur le sujet, que voici

En complément, voici quelques conseils que je peux donner, après avoir expérimenté plein d’usages différents, et en utilisant au quotidien ce magnifique outil :

  • Pas besoin d’équipement haut de gamme pour réussir une visioconférence ! N’importe quel téléphone un peu récent suffit. J’utilise pour ma part un iPhone 6S, et qui ne m’a jamais fait défaut
  • Utiliser de préférence un téléphone, ou une tablette : les versions “app mobile” des outils de visio sont souvent bien plus matures que leur équivalent Desktop. De plus, l’intégration audio/vidéo est souvent bien meilleure sur un téléphone (il ne faut pas oublier en outre qu’un iPhone récent est plus puissant que la plupart des ordinateurs portables…)
  • Si vous avez besoin de faire un conférence à plusieurs, il est parfois plus simple de s’installer chacun derrière son ordinateur plutôt que d’avoir une “salle de visioconférence” dans laquelle s’entassent une partie des participants. Ainsi, tout le monde est sur un pied d’égalité, et il n’y pas de différence de traitement entre les présents sur place et ceux à distance !
  • Si vous tenez à vous réunir dans une salle, peu importe l’équipement, en revanche il est important d’avoir un micro omnidirectionnel pour que chacun puisse être audible
  • Plus généralement, le son est l’élément primordial d’une visioconf réussie. La vidéo peut être perfectible, mais un son trop grésillant ou instable va vous agacer très rapidement. Si vous le pouvez, utilisez un micro-casque
  • La visioconf s’accomode peu d’un fonctionnement où tout le monde parle à la fois. Il va falloir se discipliner, ne pas trop couper la parole, mais c’est finalement pour le meilleur ! Si vous avez du mal, je conseille d’avoir un “maître de cérémonie” qui passera la parole, et qui devra s’assurer que chacun a l’occasion de s’exprimer. Et lever la main pour demander à prendre la parole n’est pas réservé à une salle d’école primaire !
  • N’hésitez pas à vous connecter plusieurs fois. Par exemple, il m’arrive d’être connecté trois fois sur une visio, avec mon téléphone pour être filmé, ma tablette pour pouvoir dessiner sur le tableau blanc, et mon ordinateur pour partager l’écran et faire des démonstrations
  • Pour “casser la glace”, et vous habituer à cet environnement, n’hésitez pas à faire des visioconf sans enjeu. Par exemple, il m’arrive de faire des visios un mug à la main pour faire une pause café entre collègues, et parler de tout et rien, dire du mal des gens, se raconter les potins, bref rendre la visio (presque) aussi conviviale qu’une machine à café !
  • Si je n’avais qu’un seul conseil à donner, c’est celui ci : il faut absolument désacraliser la visioconférence. En ayant suffisamment confiance en la technique, et en ne faisant pas de la communication avec la personne à distance un moment clé, mais au contraire une expérience aussi banale que ce qu’est devenu un coup de téléphone à un interlocuteur

Le jour où vous commencerez une visioconf sans dire “allooooo tu m’entends ????”, ça voudra dire que vous avez suffisamment confiance en votre outil, et donc que votre pratique est en bonne voie !

 

Réflexions autour d’un startup studio

Cela fait quelque temps que j’ai constitué un groupe de travail autour de la notion de Startup Studio : c’est à dire comment parvenir à rationaliser le travail de création d’une structure (startup ou autre… je suis de moins en moins convaincu de l’usage de ce terme) pour permettre au porteur de projet de se concentrer sur son travail, plutôt que de s’infliger de longs tunnels à se battre avec l’administration et acquérir des notions bien éloignées de son produit. J’ai  eu l’occasion d’accompagner, ou d’observer, des structures en cours de création, et je suis frappé à chaque fois par la dilution d’énergie rendue nécessaire par ces phases de création, souvent au détriment du produit.

Et, et c’est là où le lien avec la notion de startup fait sens, il y a souvent urgence à atteindre son marché, pour pouvoir avoir une sorte de “jugement de vérité” sur la validation d’une hypothèse de travail. Est il finalement nécessaire de passer par toutes ces phases de création pour parvenir à atteindre ce marché ? N’y a t’il pas une autre façon de voir les choses ? En prenant en charge les premières phases de vie d’une entreprise, en permettant de tester en situation réelle des hypothèses anté-création, un startup studio amène une façon un peu différente de voir la création d’entreprise.

Pas vraiment un incubateur : j’aime bien l’image du bateau. Là où les structures d’accompagnement classiques restent “sur le quai” et prodiguent un maximum de conseil au navigateur débutant, le startup studio a plutôt tendance à monter à bord, voir à prendre les commandes. Ca n’est pas adapté à toutes les situations, ni à tous les egos, mais celà peut **peut-être** permettre de changer un peu la façon de voir l’entreprenariat. A suivre en tout cas, puisque ce projet est en train d’être relancé… j’aurai donc l’occasion d’en reparler très vite.