Préparez votre nouvelle année avec les mindmap

Ah, les résolutions du nouvel an… Vous savez, les trucs qu’on se promet très très fort, et qu’au mieux on tient quelques jours, et qu’au pire on aura oublié dès la soirée du réveillon passée.

Pourtant, le côté “page neuve” d’une année nouvelle, avec ce que cela amène d’espoir, d’envies, d’énergie renouvelée, est une belle occasion de se poser quelques questions sur sa vie, ses projets, et pourquoi pas en convertir quelques uns.

Déjà, commençons par ne pas parler de résolution, mais plutôt d’objectifs. Le but n’est pas ici de rêver à voix haute d’un idéal qu’on voudrait être, mais de se préparer mentalement à avoir une année constructive !

Dans toutes les directions

Je vous propose,  à la veille de cette nouvelle année, d’utiliser les techniques du mind-mapping pour réfléchir à ce que vous voulez vraiment pour cette nouvelle année. On pourrait se dire qu’une des conditions pour que des objectifs fonctionnent, c’est de ne pas en faire trop. Au maximum 2 ou 3, voire une seule. Là je vous propose de réfléchir sur 8 axes différents ! Mais, surtout de ne pas réfléchir de manière trop linéaire, mais plutôt dans un mode qui correspond probablement mieux à ce qui se passe dans votre tête, et dans votre vie : dans toutes les directions à la fois !

 

Pour faire ce schéma, j’ai utilisé l’application MindNode, qui existe sur Mac et sur iPhone/iPad. Mais il en existe tout un tas d’autres… et vous pouvez aussi bien entendu faire ce genre de schéma sur un simple bout de papier !

Huit catégories

Voici les 8 catégories que je vous propose, et qui sont inspirées d’une coach américaine :

  • Amour : que souhaitez vous pour votre vie à deux ? Que vous soyez en couple ou non, souhaitez vous une évolution ? Un perfectionnement ?
  • Fun : une vie équilibrée passe par des choses qui doivent être légères. J’ai mis par exemple pour ma propre année 2017 de passer un Weekend à Londres avec mes enfants
  • Santé : que voulez vous améliorer ? Arrêter de fumer ? Perdre du poids ? Quantifier un objectif (“-10kgs” par exemple) peut être une bonne idée
  • Carrière : quels sont les projets que vous souhaitez mener sur cette année à venir ?
  • Hobbies : s’investir dans un hobby est souvent un des meilleurs moyens de trouver un équilibre psychique. Je me suis fixé en 2017 d’apprendre à jour du Ukulele. On trouve plein de méthodes sur Youtube, ya plus qu’à m’en acheter un…
  • Esprit : un autre pilier fondamental est de réfléchir à sa propre spiritualité. On ne parle pas forcément de religion ici, cela peut prendre une toute autre forme. 2017 pourrait être par exemple une bonne occasion de se mettre régulièrement à la méditation !
  • Famille et amis : avez vous envie de reconnecter avec un proche qui s’est éloigné ? De reconstruire des choses, ou d’accorder plus de temps à un groupe d’amis en particulier ?
  • Argent : au delà des objectifs un peu flou (on aimerait tous avoir plus d’argent !), il est peut-être possible de déterminer des pistes plus précises, des ébauches de plan à dérouler au cours de l’année à venir.

En face de chaque “branche”, écrivez donc, en quelques mots simples, entre 1 et 3 objectifs. Peut-être que certaines branches seront plus légères que d’autres, ce n’est pas grave. Le plus important est que ce schéma représente votre équilibre de vie. On ne peut pas vivre que pour le travail, ni que pour les loisirs ; une vie épanouie s’appuie sur plusieurs piliers, tout comme une table ne peut tenir debout qu’avec plusieurs pieds.

Une fois ce schéma fait, imprimez le. Accrochez le à un endroit où vous passez régulièrement. Le mien est bien visible depuis mon bureau.

Visualisation au quotidien

Et ensuite… lisez ce schéma. Aussi souvent que possible. Tous les jours si c’est envisageable. Souvenez vous chaque jour que constituera cette année 2017 ce que vous avez souhaité de mieux pour vous-même. Ces techniques d’affirmation, de visualisation (n’hésitez pas à vous imaginer en train d’accomplir ces projets !) sont de vieux trucs de développement personnels mais qui marchent bigrement bien, à condition de les intégrer dans votre routine quotidienne. C’est pourquoi il est important d’avoir votre mindmap 2017 en permanence à portée de regard.

Une fois ce schéma bien en tête, et à portée de main, réfléchissez à comment exécuter ces objectifs. Quelles sont les étapes pour y parvenir ? Comment faire en sorte que chacun des longs chemins que vous recensez en tant qu’objectifs puissent commencer chacun par un simple premier pas ?

Je vous souhaite à tous une très belle, riche, et épanouissante année !

Finalement, les robots ne vont (peut-être) pas tuer nos jobs

Une remarquable conférence TEDx datant de cet automne remet en question pas mal de discussions autour de la robotisation, de l’automatisation qui est de plus en plus présente. Nombreux, dont moi, affirment haut et fort qu’il faut se préparer à une chute spectaculaire des emplois dans le monde, le numérique nous amenant à automatiser de très nombreuses tâches : les emplois de caissières, de routiers, d’accueil à la banque, pour n’en citer que quelques uns, sont très objectivement menacés à une échéance de moins en moins lointaine.

L’économiste David Autor nous propose une lecture un peu différente : certes, la destruction d’emploi est inévitable. Pire, elle n’est pas nouvelle : entre la fin du XIXème siècle et maintenant, le travail agricole aux Etats-Unis est passé de 40% de la population à moins de 2%. Du point de vue du paysan de 1850, c’est une nouvelle terrible. Mais si l’on regarde les choses autrement :

  • la créativité et l’inventivité humaine qui a permis de réduire de 98% la main d’oeuvre tout en continuant à assurer la mission de nourrir son peuple est impressionnante
  • la chute de cette manne de travail a provoqué un malaise dans l’inadéquation entre formation et emploi, mais a aussi provoqué l’explosion (et le financement) des lycées américains qui permettent les emplois (et les compétences) d’aujourd’hui
  • force est de constater qu’il n’y a pas plus de chômage aujourd’hui à l’époque. En revanche, la plupart des métiers actuellement pratiqués n’existaient pas, et n’étaient même pas imaginables à l’époque. Qui aurait pu à l’époque décrire le métier de développeur web, de prof de yoga, ou de dresseur de pokémons ?

Un autre aspect intéressant de la conférence, même s’il est moins surprenant -et bien moins positif- est le fossé qui se creuse entre la main d’oeuvre hautement qualifié, et celle non qualifiée. L’automatisation va en effet s’attaquer pour bonne partie aux activités d’une certaine “classe moyenne”, ne laissant champ libre, si l’on ne fait rien, qu’à des ingénieurs, ou de la “petite main” qui sera chargée de ce que les robots ne savent pas faire. Pas très réjouissante projection !

Les concepts tels que le revenu de base nous amènent à nous préparer à une chute drastique du nombre d’emploi. Mais réfléchir AUSSI avec d’autres perspectives est important, et le point de vue pondéré, réfléchi et argumenté de ce professeur est bigrement intéressant. A voir !

Vous ne ferez jamais une grande carrière

Dans ce talk un peu provocateur, mais qui touche au coeur, Larry Smith, un économiste canadien, nous remue au plus profond de nous même pour se poser une question d’importance : pourquoi ne ferons-nous pas une grande carrière ? Quels sont les freins, les excuses, les prétextes qui font que nous allons abandonner, ne pas explorer les pistes lancées par nos passions, nos envies. Continuer la lecture de « Vous ne ferez jamais une grande carrière »

Ces petits riens

En écho à l’excellent essai des nouveaux MacBook Pro de Numerama (et aussi plus modestement à mon article), j’ai réalisé que ce qui manque aujourd’hui le plus aux nouveaux MacBook, ce sont toute une série de petits détails, souvent presque insignifiants, qui faisaient que l’expérience d’utilisation du Mac était unique. En vrac :

  • Le carton “Designed by Apple in California” qu’il fallait soulever avant de découvrir son nouveau joujou en ouvrant l’emballage de mon premier Powerbook
  • La petite lumière qui pulsait en suivant les rythmes cardiaques sur le rebord lorsque mon Mac était en mode sommeil
  • L’enrouleur autour du bloc d’alimentation
  • L’aimant qui simplifiait le branchement de son MacBook
  • Le même aimant qui a sauvé la vie de tant de maladroits
  • Le “dong” qui personnalisait tant le Mac au démarrage
  • La pomme illuminée à l’arrière de l’écran qui rendait un Mac visible à l’autre bout d’une boite de nuit lorsqu’un DJ mixait
  • La petite vidéo de bienvenue à l’installation d’OSX
  • La Pomme sur le clavier
  • On n’avait pas de Wi-Fi pourri puisqu’on avait un AirPort super performant
  • L’idée que l’objet était passé mille fois entre les mains d’un Steve Jobs exigeant

Tous ces petits détails ont disparu un à un… et font qu’aujourd’hui les Mac sont des machines magnifiques techniquement, mais d’une froideur qui fait peur. Dommage.