It's all about the platform, baby ! - JD and Co

It’s all about the platform, baby !

Loic Le Meur, qui n’est pas le dernier pour “sentir” l’orientation du moment, l’a annoncé ce week-end : sa conférence “Le Web” de cette année sera structurée autour de la notion de plateforme :

Que l’on parle de plateformes, de nouveaux médias comme sur ce blog, ou encore d’Internet des objets, le constat est le même : l’Internet qui est en train de se construire aujourd’hui est protéiforme : téléphone, TV, tablettes viennent se substituer au PC que l’on utilisait jusqu’à maintenant. On ne parle plus de “complément“, comme pouvait l’être un iPhone en 2007 vis-à-vis de son ordinateur, mais bel et bien de remplacement : on peut aujourd’hui être un utilisateur actif du Net sans passer par un ordinateur traditionnel.

D’un point de vue technique, l’état des lieux me rappelle (avec nostalgie 😉 ) ce qu’était le monde bouillonnant de la micro-informatique des années 80 : de multitudes de marques, de standard, où l’aventure est possible et les situations moins prédominantes que pouvait l’être un Windows entre 1995 et la fin des années 2000.

HP prépare sa mutation

Le vénérable HP semble, au vu de sa stratégie de rachats, être (pour une fois…) dans la phase ascendante de ce mouvement, en se préparant à proposer plusieurs plateformes simultanément. L’échec de la tablette Slate, conçue autour de Windows 7, ce qui la rendait inadaptée à un usage “à la iPad”, a été vite digéré, et les effets d’annonce se sont succédés :

  • Le mois dernier, HP finalisait l’achat de Palm, et surtout des compétences liées à PalmOS.
  • Ce mois-ci, c’est Phoenix qui a été avalé par le numéro 1 de la micro-informatique.

Phoenix est un concepteur historique de BIOS pour ordinateurs de type PC. Mais c’est aussi depuis quelques temps un précurseur de l’Instant OS : un système d’exploitation minimaliste, conçu autour du noyau Linux, et pensé pour être utilisable en quelques secondes, sans avoir à lancer quoi que ce soit sur le disque dur de son ordinateur. Ces systèmes peuvent servir en “dépannage”, mais aussi dans le cadre d’une utilisation pérenne. Le projet Hyperspace est déjà bien avancé, et amène une nouvelle perspective à nos vieux PC.

Si un acteur majeur tel que HP prépare le terrain d’une telle manière, et surtout (cela reste une contrainte importante) s’ils parviennent à dépasser la lourdeur d’une telle compagnie pour proposer avec un “time to market” suffisamment court des produits innovants, cela peut avoir effet d’une vraie lame de fond.

A l’opposé, l’histoire de l’informatique est pleine de fusions ratées et de produits enterrés. On peut rappeler, en parlant de Palm, qu’ils ont racheté les actifs de BeOS sans jamais rien en faire..

La bataille des OS aura bien lieu

Steve Ballmer l’a dit à la conférence D8 : il ne comprend pas pourquoi Google développe en parallèle deux systèmes d’exploitation. Une autre analyse aurait été surprenante de la part du leader absolu des systèmes d’exploitation, qui décline à l’infini (ou presque) Windows, depuis la version pour NetBooks jusqu’à celle pour serveurs.

La réflexion n’est d’ailleurs pas dénuée de fondement, on se souvient de l’extrême difficulté qu’avait eu Microsoft à l’époque à porter en parallèle la branche des héritiers de MS-Dos (tous les Windows jusqu’à Windows Millenium) de celle préfigurant le Windows actuel (de Windows NT jusqu’à XP, qui était le premier à annoncer la fusion des deux branches, en 2001).

Google est donc bien décidé à porter en parallèle Android, son OS dédié aux téléphones et qui est annoncé pour la télévision, et Chrome OS, qui sera clairement étiquetté “cloud” et qui est destiné en priorité aux petites configurations de type NetBook. L’arrivée de Chrome OS a été confirmée pour cet automne.

AppleGoogleMicrosoft
NetbooksChrome OSWindows 7 Starter
TéléphonesiOS 4AndroidWindows 7 Phone
TablettesiPhoneOS 3AndroidWindows 7 ?
TViOS ?AndroidWindows Mediacenter
PCMac OS Snow LeopardWindows 7

Si l’on rajoute que l’offre en systèmes d’exploitation du côté des téléphones est large et complexe (relire à ce sujet l’interview de Mik Bry que j’avais publié il y a quelques temps, et qui reste d’actualité), le choix d’une plateforme plutôt qu’une autre est aujourd’hui vraiment délicat, aussi bien pour le développeur que pour le décideur.

Sur le marché de la téléphonie, pour reprendre cet exemple, iPhone est bien sûr plus que leader, mais Android est aujourd’hui de plus en plus présent (voir même dépasse iPhone en terme de part de marché, selon certaines études), et on peut s’attendre à un grand retour de Microsoft, porté par un nouvel OS mobile au design réellement différençiant et séduisant, et par des accords avec des partenaires hardware toujours solides.

Pour essayer d’être complet sur cette “veille” de l’actualité, il faut noter l’arrivée de MeeGo, le système d’exploitation sur base Linux fusion des travaux d’Intel et de Nokia, et destiné aux Netbook (et éventuellement à des tablettes). Bénéficiant du retour d’expérience de Nokia en terme de d’interface utilisateur, et de la solidité des travaux d’Intel sur l’exploitation optimale du hardware de petits Netbook, ce produit pourrait bien produire la surprise, et en tout cas rentrer en concurrence frontale avec Jolicloud et le futur ChromeOS.

En résumé : des marchés très ouverts, des modèles économiques qui arrivent à maturation (en particulier avec le modèle d’AppStore), et des voies qui restent à défricher (et je pense bien sûr à la TV interactive). On est bien loin de l’écosystème “PC” qui tournait en rond depuis quelques temps !

1 réflexion au sujet de “It’s all about the platform, baby !”

Laisser un commentaire