La Garconnière - JD and Co

La Garconnière

Projet : Restaurant au centre de clermont-ferrand

On vous avait dis que nous n’avions pas forcément que des idées en relation avec notre métier de base : l’informatique. En voici, un exemple concret (enfin, une idée pour le moment ;-))

Pitch : Après quelques mois a habiter Clermont, et quelques questions posées autour de moi, je m’aperçois qu’il y a très très peu de restaurant un peu gastronomique, proposant des produits d’une qualité irréprochable pour un prix raisonnable.

En fait, je parle ici, non pas d’un nouveau concept mais simplement d’un restaurant de qualité en centre ville.

Il suffit de se promener un peu dans des villes comme Dijon, ou encore Nancy, pour trouver des restaurants TOP (dans le sens expliqué ci-dessus)

Les pistes : Sans aucune expérience de restauration (en tant que patron, car en tant que client, je suis en grade Expert ;-)), il est certain, que ce type de resto repose avant tout sur la qualité du Chef et de la carte bien sûr.

notre piste est donc simple :

  1. trouver un chef compétent et intéeréssé par ce projet fou (sous un format d’associé)
  2. trouver les investisseurs et/ou associés partis prenantes dans le projet
  3. trouver les locaux
  4. travaux, achats cuisines, …..
  5. construire la carte avec le chef, trouver fournisseurs
  6. Communication de masse, publicité, site web ….
  7. ouverture du resto

Business model : rien d’exceptionnel, les clients du resto

Prix des menus : autour de 30 euros pour un menu de qualité, 45 pour un menu gourmand (à titre d’exemple)

Note de JD : un point me paraît important sur la validité du modèle économique : l’exploitation maximale du local et de ses frais liés (location, déco…) ; la mise en place de services exploitant au maximum les heures creuses et jours creux de ce genre de resto. Par exemple, le WE fin de matinée peut être l’occasion d’exploiter un vivier encore peu débroussaillé : la notion de Brunch. Intermédiaire entre le petit déj et le déjeuner à part entière, c’est un marché quasi inexistant aujourd’hui, faute d’acteur réellement adapté (trop ‘compliqué’ pour un simple bar, trop atypique pour un resto classique).

Une autre piste qui me parait très intéressante est celle du partage et du “communautaire” (terme utilisé à toutes les sauces, on est d’accord…) ; un resto fait partie des commerces qui ne répondent jamais au principe “donner d’abord pour gagner ensuite”. Or, une visibilité sur le web pourrait à la fois “donner” beaucoup, et impliquer (et donc fidéliser) la clientèle : donner des recettes, demander des avis pour monter la carte des vins, parler au quotidien de la vie du resto, donner des privilèges aux membres les plus actifs de la communauté (des noms de plat ? des plats sur mesure ?), faire choisir la déco. Un lancement réussi de resto commencerait bien en amont de l’ouverture effective, par un site web ouvert et communautaire.

Le feedback permanent ferait bien sûr partie intégrante du mécanisme et tenterait de “casser” une grande tradition dans la restauration (du moins en France, je ne sais pas trop comment cela se passe dans d’autres pays) : sauf catastrophe absolue, il paraitrait très impoli de répondre “oui oui très bien” au traditionnel questionnement du serveur “tout s’est bien passé ?”. Cet automatisme très convenu amène le restaurateur à avoir extrêmement peu de feedback, hormis sur des sites complètement indépendants (comme restosaclermont par exemple). Mais comment s’améliorer sans feedback ?

La personnalisation, l’impression d’être reçu “comme chez soi”, le sentiment d’être reconnu et privilégié, sont également des éléments importants. Par exemple, une pizzeria pourrait finalement facilement faire des pizzas personnalisées, sans que ça nécessite de lourdeurs logistiques : un logiciel recençant les composants des pizzas sur mesure (ex : la pizza “JD” est au chorizo, aux champignons…) devant les yeux du cuistot, et le plaisir de commander “sa” pizza devant les autres convives.

Précision d’Antho : juste une petite précision par rapport à cette idée ; il n’est bien sur en aucun cas pour moi de prétendre pouvoir faire mieux que les restos en place. Je ne critique en rien leur établissement , nous essayons juste de présenter des nouveautés par rapport au simple concept du restaurant tout en garantissant des prestations de bases resto à la hauteur de nos “désirs”

Cette idée vous intéresse ? N’hésitez pas à intervenir dans les commentaires pour l’enrichir, apporter des suggestions, remarques… Cette page est vivante et va évoluer au fur et à mesure de vos cogitations.

Vous êtes développeur ? Créatif ? Spécialiste du domaine abordé ? Nous recherchons en permanence à monter et animer des équipes autour de ces projets, afin que ces idées deviennent autre chose que de simples articles dans un blog… Contactez nous !

2 réflexions au sujet de “La Garconnière”

  1. Pour ma part, j’ai tjrs associé le terme “gastronomique” avec rien dans l’assiette, limite cul-cul prout prout avec des serveurs qui ont 3 balayeuses (oui oui pas que le balai) dans le cul…
    Par contre, j’ai le sentiment que là, ton idée est plutot de faire un restau où la bouffe est juste bonne (un grand philosophe a dit un jour : “le gras c’est la vie”).
    Avoir de la qualité en terme de nourriture ne fait pas tout en effet, et avoir un chef qui gère ca comme un boss, tout en réussissant à gérer les affluences peuvent être un peu difficiles…
    Reste à savoir si effectivement il n’existe pas déjà ce genre de resto, méconnus par manque de comm peut être, n’existe pas déjà ?

  2. @Frantz Villa Plancha ? lol

    L’idée me paraît difficile à réaliser, c’est plus une histoire de logistique et de finances qu’autre chose, autrement dit pas vraiment quelque chose qu’on peut créer de nos mains (enfin si la carte et la pub).

Laisser un commentaire