Forces et faiblesses de la vidéo en ligne

Une vidéo circule depuis quelques temps, visible sur DailyMotion, concernant Nicolas Sarkozy.

Vidéo à charge, c’est en fait une compilation de déclaration du Ministre de l’Intérieur concernant essentiellement le domaine de la sécurité. C’est très bien foutu, manipulateur à souhait, et utilisant tous les artifices du genre concernant le montage vidéo et sonore.

Il me vient des sentiments plutôt très mitigés quand je vois ce genre de document, surtout connaissant ce qu’il est possible de faire sur une table de montage. J’arrive pas à en tirer une conclusion, je vous donne tout en vrac :

  • La vidéo en ligne communautaire, c’est vraiment “là où ca se passe”, maintenant
  • Il est vraiment possible de forger des opinions par un document vidéo
  • Les réactions à la vidéo montrent que le public est assez jeune
  • La campagne médiatique via le net va être vraiment dure pour ces élections
  • Un tel média sans censure est vraiment abrupt et c’est un choc de voir ça, habitué que l’on est des télévisions asseptisées
  • La vidéo dénonce la dramatisation à outrance de la violence, mais utilise un ton et une musique très “dramatisantes”
  • Sarko est vraiment à la pointe de la démagogie, et ça marche a fond
  • On glisse vraiment vers une campagne électorale “à l’américaine”, avec tout ce que ça implique de show, d’images chocs et de campagne d’image plutôt que de vision politique
  • cette vidéo est vraiment un choc, mais est finalement tout autant démago que le type qu’elle dénonce

Lâchez vos coms !

Les limites de l’OpenSource ?

La sortie de Firefox 2.0 est l’objet d’une polémique assez inattendue : de par ses relations avec Google, Firefox a engendré ces derniers mois un revenu financier apparemment important, en générant un trafic immense via sa page d’accueil.

Où est le souci ? Firefox est issu d’une structure, la Mozilla Foundation, qui emploie aujourd’hui plus de 70 personnes, après avoir longtemps fonctionné sur un mode purement bénévole et/ou financé par ses divers “sponsors”, dont Netscape puis AOL. Mais le produit générant le principal revenu de la société, le navigateur Firefox, est pour bonne partie écrit et maintenu par une communauté purement OpenSource, fonctionnant donc de manière bénévole, sans aucune rémunération ni répartition des revenus.

Etonnant ? Sans doute oui pour ceux qui sont étrangers au monde OpenSource, mais ce mode de fonctionnement “pour la gloire” a depuis déjà longtemps fait ses preuves, avec des produits tels que Linux basés sur les “bonnes volontés” de chacun.

Rien de choquant là dedans, le fait d’avoir une motivation de développer et de travailler complètement en marge d’un modèle économique est finalement plutôt admirable et courageux, à contrecourant complet du mode capitaliste actuel.

Le problème est plutôt lié aux revenus amorcés par l’exploitation du fruit de ce travail. Le fonctionnement de Mozilla est hélas pour l’instant un peu opaque sur ces points là, mais il semblerait que le succès de Firefox aie généré plus de 50 millions de dollars ces derniers temps, essentiellement rétro-cédés par Google qui lui même doit donc gagner beaucoup beaucoup plus… Que faire de cette somme ?

Un autre exemple récent : le rachat du serveur d’application JBoss par RedHat. Le “leader” du projet, Marc Fleury, a empoché quasiment seul le chèque de plus de 200 millions d’euros, pour un projet développé en très très grande partie par une communauté bénévole.

Perturbant non ? Tout ça amène forcément un choc des cultures, lorsqu’un mode très “idéologique” se heurte au final a l’inévitable logique financière. Et c’est tout le paradoxe actuel, que l’énorme succès de produits opensource amène à une situation très embarassante de “cagnottes” dont on ne sait plus trop quoi faire.

J’espère sincérement que Mozilla saura résoudre ce manque de transparence par rapport à ce sujet délicat, et surtout qu’ils parviendront à trouver un modèle cohérent respectant à la fois l’idéologie opensource et exploitant cette manne financière de manière positive. Le dirigeant de Mozilla, Mitch Kapor, est un ancien du monde “capitaliste” et pas le moindre puisqu’il s’agit du fondateur de la société Lotus, qui a explosée au début des années 80 avec le tableau 1-2-3.

PS : Firefox 2.0 a été téléchargé 2 millions de fois en 24h… C’est énorme, et comparable aux 3 millions d’Internet Explorer 7 en une semaine… On vit vraiment une période clé dans l’avenir du Web !

Les navigateurs nouveaux sont arrivés

J’ai eu l’occasion cette semaine de tester les deux nouvelles versions des principaux navigateurs Web :

  • Firefox 2.0
  • Internet Explorer 7.0

Ce test a été effectué dans le cadre d’une formation pour débutant en HTML/PHP.

(Mal)chance du débutant ? Toujours est il qu’on a réussi a prendre en défaut les deux navigateurs dès la première demi-journée de travail :

Pour Firefox, il s’agit d’un défaut d’affichage. Si vous tentez d’afficher une liste numérotée donc le dernier élément est vide, la dernière ligne aura bien un numéro, mais qui chevauchera le précédent. Voici le code qui déconne :

  1. Item 1
  2. Item 2

Pour IE, c’est plus simple et plus rigolo : il suffit de le gaver avec une boucle infinie en PHP qui provoque un affichage, et paf pastèque, méga plantage, on est bon pour faire un Ctrl-Alt-Suppr

Halala ces navigateurs…. On a pas fini de râler !

Y’a des GIF qui se perdent…

(désolé pour ceux qui attendaient du croustillant pour le retour de ce blog, je commence par une news boulot…)

Lu sur Clubic : le format GIF de fichiers images n’est plus lié à un quelconque brevet !

C’est la fin (définitive ?) d’un long débat qui avait remué le petit monde d’Internet dès la fin des années 90 : le format GIF, un des plus utilisé pour stocker des images avec le JPEG (contrairement à ce dernier, GIF n’implique pas de détérioration de la qualité d’images), était devenu le mouton noir des sites Web, car protégé par un brevet qui laissait, potentiellement, la possibilité à ses propriétaires de réclamer une rémunération sur l’utilisation de ce format.

Long débat que celui des brevets, informatiques ou non : à breveter tout est n’importe quoi, on se retrouve avec des procès interminables sur l’utilisation du fil à couper le beurre…

Pour en revenir à cette histoire, les brevets ayant tous expirés et n’ayant pas été renouvellés, c’est donc la fin de cette longue histoire, qui laissera probablement sur la touche le format PNG, format en tout point similaire au GIF, mais libre, lui…

(la blague à Bruno : “moi j’ai longtemps cru que GIF ça voulait dire “Girl Image Format” !)